CalendrierAccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 12 Mai, ouverture de la campagne des elections européennes et journée mondiale de l'infirmière.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tubal-caïn



Messages : 39
Date d'inscription : 12/06/2012
Localisation : toulon

MessageSujet: 12 Mai, ouverture de la campagne des elections européennes et journée mondiale de l'infirmière.   Jeu 17 Avr - 18:56

Le 12 Mai à 14h, j'irais en blouse blanche allumer une bougie sur les parvis de la délégation varoise de l'Agence Régionale de Santé, avenue Lazare Carnot à Toulon, avec un panneau sur lequel sera ceci:

Ordonnance du 4 octobre 1945 issue du programme du conseil national de la résistance
Titre 1er
Dispositions générales
Il est institué une organisation de la sécurité sociale destinée à garantir les travailleurs et leurs familles contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain, à couvrir les charges de maternité et les charges de famille qu'ils supportent.
L'organisation de la sécurité sociale assure dès à présent le service des prestations prévues par les législations concernant les assurances sociales, l'allocation aux vieux travailleurs salariés, les accidents du travail et maladies professionnelles et les allocations familiales et de salaire unique aux catégories de travailleurs protégés par chacune de ces législations dans le cadre des prescriptions fixées par celles-ci et sous réserve des dispositions de la présente ordonnance.

Législation actuelle applicable en France concernant tous les services publics y compris sanitaires
La Commission Européenne veille à l'application directe des règles européennes de concurrence, définies dans les articles 101 à 109 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union Européenne (TFUE dit « traité de Lisbonne ») en y incluant les services publics, en « collaboration » (notez bien ce mot !) avec les autorités nationales. Elle entend ainsi « améliorer » le fonctionnement des « marchés européens », en garantissant une concurrence « juste et équitable », fondée sur le mérite entre les entreprises et donc de détruire toutes notions faisant appel à un service public où à un devoir régalien d’un état membre envers ses citoyens transformés en consommateurs dotés d’un pouvoir d’achat à satisfaire. « Le respect de ces règles profite aux consommateurs, aux entreprises et à l'ensemble de l'économie européenne » mais est nuisible aux usagers-citoyens, aux services publics sensés les servir soumis aux règles concurrentielles commerciales s’appliquant à toute entreprise.
« Toute aide d'État ou autre intervention de l’État ayant pour effet de fausser la concurrence est interdite. »
Mais qui sont les «faussaires»? Fausser la concurrence c’est faire preuve d’empathie, de compassion, de charité. Toute l’œuvre de la civilisation humaine depuis des millénaires consiste à fausser la concurrence, c'est-à-dire à protéger le faible contre le fort, à créer du Droit pour empêcher le commerce de s’approprier tout n’importe comment, à créer des services publics, à mettre des barrières aux intérêts privés au nom de l’intérêt général. Aucun être humain sensé, doté d’un cerveau (et d’une mémoire) en état de fonctionnement, ne peut désirer vivre dans un espace où la concurrence serait «libre» et «non faussée», c'est-à-dire où la loi de la jungle serait devenue une règle de droit, et la loi du plus fort et du plus riche s’imposeraient aux États qui n’auraient plus le droit de protéger les faibles.
Comment en est-on arrivés là ?
"Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s'y emploie. Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d'importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme… À y regarder de plus près, on constate qu'il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! « Adieu, 1945, raccrochons notre pays au Monde »
Denis Kessler, Challenges, nº 94, 4 octobre 2007, p. 38

C’est officiel, nous sommes en guerre ! Nous avons un nouveau gouvernement « de combat ». C’est eux qui le disent !
En guerre contre qui ? Le peuple français ?
J’ai un scoop pour vous. Nous sommes effectivement en guerre, mais pas contre qui vous croyez.
Mitterrand quelques semaines avant de mourir livrait à Georges-Marc Benamou son testament politique :
« La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique.
Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort …apparemment.
Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde…
C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort !
»
« Le dernier Mitterrand », Georges-Marc Benamou.
Alors ?
SOUVENEZ-VOUS !


En ce 12 Mai, date de l’ouverture officielle de la campagne électorale des élections européennes et journée mondiale de l’infirmière (et de l’infirmier), je viens me recueillir pour votre santé devant l’emblème des serviteurs zélés de l’envahisseur étranger. Votre état de santé sera bientôt à la mesure de ce que votre pouvoir d’achat vous permettra de conserver. Tout en maintenant les impôts et taxes sensés vous garantir une protection sanitaire à la pointe des récentes avancées scientifiques et médicales, vous serez dans l’obligation de gonfler le chiffre d’affaire et les dividendes des sociétés privées d’assurance. Comme votre assurance auto qui cherche dans votre dossier l’application de clauses contractuelles permettant d’exclure sa responsabilité dans votre sinistre, demain votre assurance-santé, comme c’est le cas aux USA, refusera de vous rembourser un transport urgent en ambulance sous prétexte que vous n’avez pas prévenu votre assureur avant ce transport (voir le film « Sicko » de Michael Moore). C’est vrai qu’un infarctus du myocarde, ça se prévoit n’est-ce-pas ? Vous, moi, citoyens français, allons-nous accepter ça ? Moi pas ! Quand je vois un malade, la première question que je veux lui poser est « est-ce-que vous avez mal ? » et pas « avez-vous votre carte d’assurance-santé ? ». Et vous, si vous étiez malade, qu’aimeriez-vous que l’on vous pose comme première question ? La racine du mal, je suis à genoux devant elle implorant sa pitié. L’infirmier se prosterne devant celle qui refuse de le laisser rencontrer son malade, l’écouter, partager avec lui ses craintes et ses peurs jusqu’à la porte de la mort.
Elle me dit officiellement que je suis un « agent de production de soins » dans une « unité de production de soins ». Mon malade est une « variable ajustable de tarification ». Il n’y a plus de maladie mais des « forfaits » déterminées par « l’accumulation d’actes de soins moyens constatés pour ce type de maladie ». Un hôpital, lieu d’expression de vos souffrances, est devenu un « broyeur à viande » méthodique et bien huilé, ne laissant plus la place à l’expression du cœur même de nos métiers, de l’écoute bienveillante de vos espoirs et désespoirs devant l’épreuve de la maladie. De temps en temps elle cligne des yeux et me transforme en « acteur de santé » portant la responsabilité de ses échecs. Par un petit tour de passe-passe idéologique elle me désigne comme responsable des dysfonctionnements. Je n’ose pas nommer ce devant quoi je me prosterne, c’est un monstre déshumanisant. Son manuel de certification V2014 des établissements de santé ressemble à s’y méprendre au mode d’emploi d’un camp de la mort de l’époque nazie, industrialisation de la maladie avec taylorisme dans la répartition des tâches.
Cette action reçoit le soutien de « l’Union Populaire Républicaine », jeune parti politique visant au rétablissement de la souveraineté du peuple par la sortie légale et pacifiste de l’Union Européenne en appliquant l’article 50 du TFUE. Je vais voter pour lui à ces prochaines élections. Vous qui avez lu ces lignes jusqu’au bout, informez-vous, « le savoir est une arme ». « Le silence des pantoufles est bien plus inquiétant que le bruit des bottes » Winston Churchill

Revenir en haut Aller en bas
 
12 Mai, ouverture de la campagne des elections européennes et journée mondiale de l'infirmière.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elections européennes : liste Europe Ecologie
» Elections européennes - juin 2009
» Elections Européennes
» Bonne Année dans les langues Européennes
» Informations pour le Massif central et Centre (Européennes)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AGENDA-
Sauter vers: